Up Home
wolof mandinka
Manding Késo
“Graines de parole mandingue”, pour la mise en valeur de la tradition orale
Un enrichissement moral pour l'Europe,
un trésor préservé pour l'Afrique !
Ce projet se veut centré sur la tradition orale mandingue, qui véhicule depuis des siècles des valeurs, des idéologies, des connaissances et des sagesses dont l'Europe ignore presque tout. Le but fondamental de Manding Késo est de faire connaître au monde les vertus de l'enseignement mandingue qui nourrit aujourd'hui encore des milliers de vies. Durant deux ans, nous allons parcourir à pied les terres de l'Ancien Empire du Manding pour recueillir les paroles de ses habitants et les mettre en lumière.
Femme portant du riz
Dans la langue Mandinka de Casamance, «Késo» signifie graine ou semence.
Ce mot peut également être utilisé pour désigner une parole vraie. Le symbole de la graine correspond à merveille à notre projet. Tout comme la parole, elle se partage, perpétue la vie et assure ainsi une continuité à travers les âges.

Le Grand Empire du Manding

Le Grand Empire du Manding, appelé aussi Empire du Mali, s'étendait de l'Océan Atlantique jusqu'à la boucle du Niger, sur un territoire déployé entre le Sahara au Nord et la forêt équatoriale au Sud. Les pays concernés par ce royaume sont les actuels Sénégal, Gambie, Guinée, Guinée Bissau, Mali, Burkina Faso ainsi qu'une partie de la Mauritanie et de la Côte d'Ivoire.

L'histoire du Manding

L'Empire mandingue a été constitué en 1235 par un roi du nom de Soundiata Kéïta, proclamé «Mansa1» pour avoir libéré la région de l'actuel Mali de son oppresseur, le roi Soumaoro Kanté. Le règne de Soundiata est réputé pour avoir été un règne de paix et de prospérité. Depuis le XIIIe siècle, les «Mansa» se sont succédés. Ils s'accompagnaient de griots chargés de rapporter fidèlement les évènements vécus par les dynasties au sein des royaumes. Avant l'apparition de l'écriture, les griots étaient les seuls garants des faits historiques accomplis dans le passé et de la généalogie des familles en Afrique de l'Ouest.

L'importance de la tradition orale chez les mandingues

Dans une grande partie du continent africain, les populations privilégient la culture de la parole à celle de l'écrit. La tradition orale a permis à l'histoire de survivre à travers les âges, malgré les aléas de l'histoire (traite négrière, guerres civiles, colonisation...). Jusqu'à nos jours, les «maîtres de la parole» entretiennent la mémoire mandingue et tentent de la préserver.

En Casamance, les anciens ont lutté longtemps contre l'implantation d'écoles sur leurs terres car elles imposaient aux enfants un enseignement écrit. Leur motif était que le fait d'écrire rendait l'esprit paresseux et empêchait l'effort et la pratique du souvenir. Chez les mandingues, la transmission de la parole est très ritualisée. Ainsi l'annonce d'une nouvelle d'importance doit se faire selon un ordre logique, en respectant le rang social et l'ancienneté des membres de la communauté à laquelle le message est adressé.

village

La préservation de la culture mandingue : une urgence

Comme l'a dit Amadou Ampathé Bâ : «En Afrique, un vieillard qui meurt c'est une bibliothèque qui brûle».

Aujourd'hui, avec les départs de plus en plus fréquents des villageois vers les villes, la mémoire mandingue est menacée. Les contes et les enseignements oraux quittent le quotidien pour devenir des distractions occasionnelles. Les rites de passage sont eux aussi réduits et transformés car la modernisation ne favorise pas l'épanouissement des traditions. L'initiation des jeunes dans la forêt, qui s'avère être une étape cruciale pour la transmission des savoirs, se voit malheureusement diminuer dans la durée en raison de la scolarité des jeunes.

La réalisation du projet

Notre objectif global est de préserver et de valoriser les richesses culturelles et humaines des communautés mandingues d'Afrique de l'Ouest. Pour réaliser cet objectif, nous allons parcourir à pied durant deux ans différents pays situés sur les terres de l'Ancien Empire du Manding et nous mettre à l'écoute des populations, en particulier des anciens et des «maîtres de la parole».

Les objectifs opérationnels

Ils se divisent en deux volets : la collecte et la diffusion des paroles mandingues.

Objectif premier : récolter des graines de paroles mandingues

Nous voulons réaliser une base de données qui contienne des textes écrits, des photographies et des documentaires audiovisuels.

Avec le consentement des personnes, nous recueillerons à l'aide d'un appareil d'enregistrement :

Les photographies permettront de mettre un visage sur les personnes qui s'expriment et de les laisser uniques maîtres de leurs propos. Les documentaires audiovisuels seront focalisés sur un thème défini et travaillé au préalable, le principal sujet visé étant celui de l'initiation dans la forêt et les enseignements qui entourent ce rite de passage.

Objectif second : cultiver les graines de paroles mandingues

Les documents audiovisuels et littéraires produits pourront être exposés lors de manifestations culturelles, donner lieu à des conférences ou être vendus par les initiateurs du projet. Sous certaines conditions, ils pourront également être mis à la disposition d'organes oeuvrant pour la valorisation du patrimoine culturel des pays concernés.

Notre itinéraire

Nous avons choisi la marche afin de rester proches du mode de vie des habitants des villages et libres du choix de nos destinations.

Point de départ : Kéra Kunda, le village d'origine de Lamine Konté, situé dans le Pakao en Casamance.

Pays à parcourir : Sénégal (Casamance), Gambie, Guinée Bissau, Guinée Conakry, Mali et Burkina Faso.

itinéraire

Le processus de réalisation

Notre voyage comprendra des étapes dans les villes des pays parcourus, où nous profiterons des structures adaptées pour le traitement des données informatiques et vidéographiques. Nous enverrons au fur et à mesure les échantillons d'images filmées ainsi que nos transcriptions d'entretiens à l'équipe de coordination basée en Suisse. Ces données seront stockées jusqu'à notre retour. Dans la mesure du possible certains montages seront effectués directement sur place afin d'être rapidement exploitables.

L'approche des populations se fera dans une attitude de respect, selon les principes énoncés dans la charte de voyage. Sur le terrain, nous nous efforcerons de nous conformer aux codes de l'hospitalité, en nous adressant en priorité aux chefs des villages. Nous demanderons l'accord des anciens avant d'acquérir des images et de procéder aux interviews. Les propos recueillis seront restitués avec le plus de fidélité possible et les participants seront tenus au courant du résultat final.

Le suivi du projet

Une équipe de coordination veillera au bon fonctionnement du projet durant toute sa durée et gèrera les secteurs suivants :

Les fruits de Manding Késo

Les fruits de ce projet prendront plusieurs formes. La première sera littéraire, avec un ouvrage anthropologique et un recueil de contes à la clé. La seconde sera imagée et comprendra des reportages, ainsi qu'une bibliothèque photographique. Une forme orale serait aussi intéressante, puisque ce projet a pour but de mettre en avant les richesses véhiculées par la tradition orale. Des conférences pourraient être menées dans le cadre d'événements culturels pour partager les trésors de la parole observés dans les villages Ouest africains.

kora
Fruits du projet
  • transcription de témoignages sur les femmes et les hommes qui marquent l'histoire des villages en raison de dons hérités
  • recueil de contes et de chants traditionnels (langue locale et traduction)
  • reportage audiovisuel sur les enseignements qui entourent l'initiation dans les villages de Casamance
  • bibliothèque photographique : portraits et citations qui pourraient faire l'objet d'une exposition sur les sagesses mandingues
Notes :
  1. En mandingue, le mot «Mansa» signifie Grand Roi. Il désigne aujourd'hui encore une personne investie d'un pouvoir discrétionnaire. (retour)
Log in
Log in
git versions: site:d42e273(2018-06-29) - func:8d5ed7d(2018-06-29) valid HTML5 Valid CSS firefox